Description  1

Le Japon est le doyen du monde. Des décennies d’amélioration de l’espérance de vie et de baisse des taux de natalité ont généré une population rapidement vieillissante et en déclin. Le changement démographique menace l’existence des communautés rurales, contribuant à une dette publique en plein essor et impactant le marché du travail.

À Tokyo, il y a deux fois plus de postes vacants que les candidats.

Le gouvernement s’efforce de faire face, avec des politiques visant à stimuler la fertilité et le soutien aux mères qui travaillent, une poussée pour une plus grande automatisation du travail et un assouplissement de l’aversion traditionnelle pour l’immigration.

La population japonaise de 127 millions devrait diminuer d’environ un tiers dans les cinq prochaines décennies. La proportion d’enfants de plus de 64 ans – actuellement environ un quart – devrait atteindre 38% dans ce délai, ce qui intensifie le fardeau financier et de soins pour la population en âge de travailler.

Dans un pays où les années de plus de 50 ans sont monnaie courante sur les chantiers, 86% des employeurs ont lutté pour combler les vacances l’année dernière. Le Premier ministre Shinzo Abe, qui vise à maintenir la population au-dessus de 100 millions, a mis en place des politiques visant à freiner les heures de travail excessives et à fournir plus d’équipements de soins pour les enfants et les personnes âgées.

Mais les progrès ont été lents, et les femmes et les retraités seuls ne peuvent pas combler le déficit de main-d’œuvre.

D’autres remèdes incluent la «révolution robotique» d’Abe, un plan pour quadrupler la taille de l’industrie de la robotique en encourageant l’automatisation dans tout les secteurs, depuis les usines de caoutchouc jusqu’aux personnes âgées.

Le Premier ministre, sensible à la réticence du public à ouvrir les portes aux étrangers, a restreint les restrictions tout en évitant le terme «immigration».

Ses mesures depuis son entrée en fonction ont contribué à une augmentation du nombre de travailleurs étrangers à plus d’un million, soit le double de 2008.

Un programme dite de stage a attiré une main-d’œuvre peu coûteuse d’Asie vers des fermes et des usines, et les étrangers peuvent maintenant occuper les postes de femme de ménage ou de guide touristiques dans des zones déréglementées spéciales.

Avec une espérance de vie de 87 ans, les Japonais sont parmi les plus âgés au Monde.

Les naissances annuelles au Japon ont diminué de moins de 1 million pour la première fois en 2016. Pourtant, les soins de santé de qualité ont contribué à prolonger l’espérance de vie de près de trois décennies au cours des 60 dernières années. Cette longévité est à un coût: les dépenses de santé et les pensions signifient que le Japon est incapable de maîtriser la dette publique qui représente plus du double de son produit intérieur brut.

Dans le budget du gouvernement, la sécurité sociale représente un tiers des dépenses et le service de la dette d’un quart.

Un vieillissement de la population entraîne des conséquences «importantes» pour les finances d’un pays, selon le Fonds monétaire international. Pourtant, le pouvoir électoral des personnes âgées – qui sont beaucoup plus susceptibles que les jeunes de voter – a rendu difficile les politiques de réduction de leurs pensions et autres avantages.

Face à la spirale du montant des pensions, Abe a poussé le régime de retraite national à investir dans des actifs plus risqués dans le but d’améliorer les rendements.

Et alors que les Japonais reconnaissent plus que toute nationalité qu’une population vieillissante pose problème, la plupart restent méfiants quant à l’immigration.

Parmi les raisons: le désir de préserver l’identité culturelle du pays et l’impact potentiel sur les taux de criminalité ultra-bas. Cela n’a pas empêché Abe de promettre de fournir le chemin le plus rapide du monde vers la résidence permanente pour les travailleurs qualifiés.

Avec d’autres pays asiatiques qui deviennent plus âgés, les experts affirment que le Japon peut avoir du mal à attirer le nombre d’étrangers dont il a besoin (647 000 par année, selon un rapport des Nations Unies).

Les commentaires sont fermés