Description 3

Ludwig robot
Ludwig robot

Une résidence pour personnes âgées au Canada va accueillir une expérimentation avec un robot humanoïde qui est destiné à interagir avec les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ce robot du nom de Ludwig permet aux patients de socialiser, mais aussi de recueillir des données sur leur état d’esprit. Il n’est pas sans rappeler le robot Paro.

Créé par l’Université de Toronto, ce robot est capable de parler, de comprendre les discussions et qu’une personne lui dit. Pour le moment, il s’agit, encore, d’un prototype mais il va être testé dans une résidence pour personnes âgées durant les prochains mois.

Selon le docteur Franck Rudzicz, qui est à l’initiative du projet, le robot peut « récolter des données sur la voix de la personne traitée et de détecter de légers changements qui indiquent un état émotionnel différent». Autrement dit; le robot est capable de suivre et surveiller les signes de la maladie ou de la démence d’Alzheimer. Ensuite ces données peuvent être analysées par les professionnels de santé.

« Il est si performant, qu’il peut détecter des changements subtils dans les discours et les habitudes vocales qui pourraient échapper au personnel de la maison »explique Isaac Weinroth, directeur exécutif de One Kenton Place, où Ludwig va commencer ses essais le mois prochain.

« Même les choses comme l’écart de temps entre les verbes, ou l’utilisation de verbes, ou l’absence de verbes, l’écart de temps entre les phrases, entre les mots dans des phrases » dit-il.

Franck Rudzizs insiste sur le fait que ce robot va permettre d’aider le personnel soignant mais n’a pas pour obtenir de le remplacer. Frank Rudzicz prédit que l’intelligence artificielle « va jouer un rôle important dans les soins des personnes âgées à l’avenir. Les robots pourraient également surveiller les personnes âgées à leur domicile« .

 

Les commentaires sont fermés