Le tourisme et les Boomer
Le tourisme et les Boomer

Un document de la DGE explique qu’en 2014, près d’un tiers des nuitées des touristes français ont été réalisées par des personnes de 62 ans ou plus. Le tourisme des séniors a fortement progressé ces dernières années sous l’effet du vieillissement de la population et d’un taux de départ élevé jusqu’à plus de 80 ans.

Comme leurs cadets, les séniors réalisent l’essentiel de leurs déplacements touristiques en France (88 %). Ils voyagent plus souvent seuls ou en couple et davantage avec des forfaits, notamment «  tout compris ». Plus souvent propriétaires d’une résidence secondaire, ils fréquentent un peu moins les hébergements marchands. Ils dépensent en moyenne 400 € par personne pour un voyage de 7 à 8 jours. Ils partent fréquemment en dehors de la pleine saison, le mois de septembre étant quasiment équivalent au mois d’août. Leurs activités ne différent pas beaucoup de celles des plus jeunes. Ils privilégient un peu plus les activités culturelles et moins les activités sportives, le shopping ou la fréquentation des parcs de loisirs. Le tourisme des séniors devrait se développer fortement dans les années à venir avec l’arrivée parmi les retraités des générations nombreuses nées après la guerre

En 2014, près d’un tiers des nuitées touristiques des résidents français de 15 ans ou plus ont été réalisées par des personnes de 62 ans ou plus. Le nombre de nuitées touristiques des personnes de 62 ans ou plus a augmenté de 17 % entre 2009 et 2014 quand, dans le même temps, le nombre de nuitées des personnes ayant entre 25 et 61 ans a diminué de près de 9 %.
Cette évolution résulte essentiellement du vieillissement de la population lié à l’arrivée progressive aux âges de la retraite des générations nombreuses nées pendant la période des Trente Glorieuses. Les projections démographiques indiquent que cette tendance devrait se poursuivre dans les années à venir.

Une forte mobilité jusqu’à 80 ans

La mobilité, donc le taux de départ touristique, décroît avec l’âge. Cependant, l’évolution est relativement lente, les séniors restant majoritairement mobiles jusqu’à 80 ans assés (graphique 1). Entre 62 et 71 ans, peu contraints par des ennuis de santé, disposant d’un temps libre important et de peu de charges, les jeunes séniors partent beaucoup en voyages touristiques, autant que les personnes ayant entre 25 et 61 ans. Entre 72 et 81 ans, la mobilité diminue mais reste importante. Passé 82 ans, près d’un sénior sur deux part encore au moins une fois dans l’année, mais la mobilité est nettement décroissante avec un volume de nuitées inférieur. En 2014, les personnes de 62 à 89 ans ont réalisé 401 millions de nuitées touristiques. Les jeunes séniors (62-71 ans), les plus nombreux, ont réalisé 265 millions de nuitées, les personnes de 72 à 81 ans, 114 millions et celles de 82 à 89 ans, 22 millions.

Les voyages des séniors plus longs et plus souvent avec forfait que ceux des actifs

Moins contraints par le temps, les séniors réalisent des voyages plus longs que les adultes d’âge actif (entre 25 et 61 ans). La durée moyenne de séjour est croissante avec l’âge : 5,2 jours en moyenne pour les 25-61 ns, 6,9 jours pour les 62-71 ans et 8,3 jours pour les 72-81 ans. La proportion de voyages à l’étranger est, à l’inverse, corrélée négativement avec l’âge. Cependant, en moyenne, la part des voyages à l’étranger des séniors est comparable à celle des adultes d’âge actif : comme leurs cadets, les séniors voyagent très majoritairement (88 % des cas) dans l’Hexagone. Ayant plus rarement des enfants à charge, ils voyagent plus souvent seuls ou en couple. Le voyage en groupe est plus fréquent chez les plus âgés.
Enfin, le recours à un forfait est également une pratique plus fréquente chez les séniors : un voyage « sénior » sur six est réalisé avec un forfait contre un voyage sur neuf pour les 25-61 ans. Environ un tiers de ces forfaits sont «  tout compris  », cette formule étant particulièrement appréciée pour les voyages à l’étranger. Les séniors y recourent trois voyages à l’étranger sont réalisés avec cette formule contre seulement 10 % des voyages des 25-61 ans.

Presque autant de voyages en septembre qu’en août Moins contraints par les congés scolaires ou professionnels, les séniors concentrent moins leurs départs en voyage sur les deux mois de pleine saison d’été. En effet, la répartition mensuelle de leurs nuitées touristiques est peu différente de celle de leurs cadets les mois d’hiver mais sensiblement plus aux beaux jours. Les séniors partent un peu plus avant la haute saison, en mai et juin, et surtout beaucoup plus en septembre, plus souvent même qu’en juillet et presque autant qu’en août. Le mois d’octobre bénéficie également d’une plus forte fréquentation.

Cet étalement des périodes de voyages permet aux séniors de bénéficier d’une météo favorable et de tarifs attractifs, tout en évitant la forte affluence de la pleine saison. Les professionnels et les destinations touristiques ont également intérêt à cet étalement des voyages pour rentabiliser au mieux les équipements touristiques. Des prix incitatifs en moyenne ou basse saison permettent d’attirer les clientèles moins contraintes par les dates de congés.

> Lire le document

 

Les commentaires sont fermés