Description  1

De plus en plus de nouvelles technologies sont développées et proposées aux établissements pour personnes âgées dans le but d’une meilleure gestion de ces établissements, mais aussi dans le but de soulager le personnel dans son travail de tous les jours.

Il peut s’agir de technologies qui vont permettre une meilleure gestion, une meilleure réalisation des tâches, un soulagement du personnel qui pourra se concentrer uniquement sur les tâches essentielles, des solutions technologiques utilisés par les résidents, solutions de sécurité ou encore des solutions de lien avec la famille.

Même si une part de plus en plus importante de ces technologies est au point, son implantation dans les établissements pour personnes âgées demande encore de nombreux tests et de nombreuses réflexions.

Quelle technologie choisir ? Comment les intégrer ? Comment les établissements pour personnes âgées seront-ils en mesure de collecter et d’analyser les données de ces technologies ? Quels services seront t-il proposer avec ces technologies ?. Autant de questions qui sont souvent soulever lorsque nous apportons le sujet des technologies nouvelles et les établissements pour personnes âgées.

Ces technologies vont dominer le secteur des personnes âgées

La technologie portable, les assistants à commande vocale et les appareils «intelligents» sont sur le point de dominer le paysage des personnes âgées et les établissements pour personnes âgées doivent être prêts à gérer les risques et les opportunités proposés.

Ces technologies de pointe sont prometteuses, mais les fournisseurs sont encore en train de déterminer comment les mettre en œuvre plus efficacement, selon les dirigeants de certains des plus grands fournisseurs des Etats unis.

Dans le même temps, les nouvelles technologies entraînent des risques susceptibles de mettre en péril les entreprises de haute sécurité.

Wearables, technologie intelligente dans les starting blocks

De l’Apple Watch au Fitbit, la technologie portable ou «wearable» devient de plus en plus courante dans la société. Le nombre de dispositifs portables devrait passer à environ 504 millions en 2021 aux USA, contre 260 millions en 2016, selon la société de recherche et de conseil Gartner.

Moulay Elalamy, vice-président des technologies de l’information des résidences Benchmark Senior Living, qui exploite 57 communautés dans sept états, Benchmark Senior Living, basé à Waltham, au Massachusetts, a d’abord examiné la viabilité des wearables il y a environ deux ans.

En fin de compte, Benchmark a vu les wearables comme une «pierre angulaire plus qu’une destination», a-t-il déclaré. Mais, c’est une question de savoir quand, et non si, les appareils portables seront généralisés chez les personnes âgées.

Marc Gaber, vice-président et directeur informatique des résidences Des Moines, basé dans l’Iowa, était d’accord avec cette évaluation. LCS compte 133 communautés gérées dans 32 états.

« Quand je regarde les wearables, je pense que c’est encore dans la phase de découverte« , a déclaré Gaber. « La question est, quel problème essayons-nous de résoudre? Il continue d’évoluer. Comment ces technologies vont-elles s’intégrer dans l’ensemble de nos prestations ?« .

Les appareils intelligents et les assistants à commande vocale tels que Alexa, Siri et Google Home sont également de plus en plus présents dans les établissements pour personnes âgées. Comme avec les wearables, il semble certain que la technologie jouera un jour un rôle de transformation de ce secteur d’activité – mais ce jour n’est tout simplement pas encore arrivé.

« Ces solutions sont définitivement prêtes pour faire la une » a déclaré Greg Swope, directeur des technologies de l’information et directeur de la sécurité de l’information chez Five Star Senior Living. « La question est de savoir comment cela va s’intégrer dans la vie des personnes âgées« .

Five Star compte 280 communautés réparties dans 28 états et offre également une gamme de services à la personne.

Bien que la plupart des dispositifs intelligents (lumières, serrures, téléviseurs, tablettes et téléphones) existent actuellement pour améliorer la qualité de vie des résidents, ils pourraient également jouer un rôle dans la collecte de données cliniques. Par exemple, les toilettes intelligentes pourraient bientôt suivre combien de fois un résident se lève pour utiliser la salle de bain la nuit.

« Le défi que le marché a aujourd’hui est qu’il est très axé sur la collecte de données » a déclaré Swope. « La question est : que va faire notre personnel avec ces données? En réalité, nous n’avons pas les moyens de nous attaquer à ce genre de tâches« .

L’intelligence artificielle pourrait aider à combler cette lacune – et même aider un établissement pour personnes âgées à éviter la pénurie de main-d’œuvre en remplissant des rôles traditionnellement remplis par les humains.

Pourtant, il existe des obstacles à l’adoption généralisée, tels que la disponibilité de la Wi-Fi à l’échelle des établissements et les règles sur la protection des données et son usage. De plus, toute solution technologique future doit être parfaitement intégrée dans l’expérience quotidienne d’un résident.

« Cela doit faire partie des activités quotidiennes » a déclaré Elalamy. « Ces solutions doivent également être transparentes et pas nécessairement quelque chose où les résidents doivent se rendre compte qu’elles sont utilisées« .

 

 

 

Laisser votre commentaire