Les Européens sont extrêmement chanceux. Non seulement ils peuvent s’attendre à vivre plus longtemps que la plupart des gens nés ailleurs dans le monde, ils peuvent également s’attendre à profiter de la plupart de leur vie dans une santé relativement bonne.

Mais l’espérance de vie n’est qu’un seul, sans doute le plus important, indicateur de santé de la population dans un pays. D’autres indicateurs incluent le fonctionnement physique, social et social, ainsi que le sentiment de bien-être. Ces résultats de santé dépendent de l’interconnexion des facteurs culturels, environnementaux, sociaux, économiques, comportementaux et génétiques. Cependant, les gouvernements peuvent également jouer un rôle crucial dans l’amélioration de la santé de leurs populations, car ils peuvent améliorer les services de santé pour prévenir et guérir les maladies et les maladies et pour soutenir les personnes handicapées chroniques. Dans le contexte du vieillissement de la population, avec un nombre croissant de personnes susceptibles de développer un handicap à un moment donné de leur vie, la prestation efficace de services de santé est encore plus essentielle.

Même si, en moyenne, les Européens jouissent d’une bonne santé, il existe des variations considérables entre les pays. Cette variation existe à la fois en termes de résultats et en termes de stratégies de soins de santé, car les gouvernements peuvent organiser et financer leurs systèmes de santé de différentes manières. Certains systèmes sont en effet plus efficaces que d’autres.

Pour comprendre dans quelle mesure les gouvernements à travers l’Europe ont adopté des stratégies de santé réussies, un rapport récent de l’ILC-UK a mené une enquête empirique utilisant des données historiques de la région. En extrayant des données sur les niveaux de dépenses, l’interaction publique / privée et la capacité du système de santé, le rapport a identifié trois groupes distincts de stratégies de soins de santé, puis évalué leur impact sur un indice pondéré mesurant la santé de la population.

L’indice de la santé a été calculé en combinant des informations sur les mesures de bien-être autodéclarées selon le groupe d’âge; l’espérance de vie et l’espérance de vie en bonne santé à la naissance et à 65 ans pour les hommes et les femmes.

Le tableau 1 illustre le classement des pays le long de l’indice de la santé – les pays classés au sommet atteignant les meilleurs résultats en termes de santé globale et les pays classés au sommet atteignant le pire. Le tableau 1 montre également des changements au fil du temps (entre 2003 et 2013), soulignant ainsi les plus grandes réussites et certaines déceptions.

Les Suisses, les Islandais et les Suédois semblent être les plus sains, même si les pays du Sud – en particulier l’Italie et l’Espagne – bénéficient encore d’une meilleure espérance de vie. En outre, l’Espagne et l’Italie sont les plus grandes réussites, puisqu’elles ont gagné 12 et 9 postes respectivement depuis 2003. À l’inverse, le Danemark et l’Allemagne ont vu leurs positions se détériorer respectivement de 7 et 6 points.

Il convient de mentionner qu’une fois que nous prenons en compte la structure par âge de la population et comment cela risque d’affecter l’Indice de la santé indépendamment de la solidité de ses systèmes de santé, les pays de rang moyen comme l’Espagne ou la Grèce se comportent beaucoup mieux.

Quelles politiques de soins de santé aboutissent aux meilleurs résultats?

Bien que nous ne puissions pas estimer la contribution exacte des politiques de santé aux résultats de santé, compte tenu du nombre d’autres facteurs susceptibles d’avoir un impact, nous pouvons fournir des preuves de la combinaison des politiques de santé généralement choisies par les pays les plus sains et essayer de déduire ce qui les a créés réussi.

Les dépenses totales de soins de santé sont clairement un facteur important. Comme le montre la figure 1, les pays qui dépensent davantage sur les soins de santé en proportion du PIB sont également classés dans l’indice de la santé dans le tableau 1 (par exemple, la Suisse, la Suède et la France). Cependant, le montant de l’argent consacré à la santé n’est qu’une partie de l’histoire. Les stratégies de santé diffèrent les unes des autres en termes de participation publique / privée, de protection sociale pour les personnes malades ou handicapées, de la capacité hospitalière ainsi que de la disponibilité des installations de haute technologie.

Le rapport a mis en évidence qu’une plus grande part des soins de santé financés par le secteur privé peut entraîner des classements inférieurs sur l’indice de la santé; il a également souligné que, pour réussir, les dépenses plus élevées en soins de santé doivent être combinées avec une protection sociale importante pour la maladie et un système de santé de haute technologie. La Suisse, la Grèce, la Hongrie et la Pologne ont la plus grande participation du secteur privé au financement de la santé (plus de 30% des dépenses totales de soins de santé, comme le montre la figure 1). Cependant, la Suisse supérieure a la plus forte dépense globale en santé (publique et privée), offre une protection sociale généreuse pour la maladie et peut compter sur le système de santé le plus technologique. À l’inverse, la Hongrie et la Pologne, à faible niveau, dépensent moins de la moyenne sur la santé et la protection sociale de la maladie en proportion du PIB et ont beaucoup moins de matériel technologique.

La capacité hospitalière (mesurée par le nombre de lits par 100 000 habitants) – particulièrement importante en Allemagne – ne semble pas conduire à de meilleurs résultats pour la santé. Une explication possible est que les lits d’hôpitaux ne contribuent de manière significative à la capacité d’un hôpital à traiter quelqu’un s’ils sont accompagnés d’une infrastructure sanitaire appropriée, y compris un personnel formé et professionnel, un équipement et des produits pharmaceutiques formés

De toute évidence, tous les pays ne peuvent pas se permettre le niveau de générosité de la Suisse riche, mais il est important de garder à l’esprit que, lorsque l’on dispose de ressources limitées, certaines stratégies permettent d’obtenir de meilleurs résultats et de ne plus répondre. Par exemple, l’augmentation du nombre de lits d’hôpitaux peut ne pas conduire à une meilleure santé si elle vient au détriment du matériel technologique. Il convient également de souligner que la participation du secteur privé aux soins de santé peut être très réussie si l’on considère un ajout aux dépenses publiques; cependant, il est susceptible d’entraîner des résultats pires si cela remplace plutôt que de compléter les dépenses publiques.

Dr Cesira Urzi Brancati
Research Fellow, ILC-UK

Document sans nom

NEWSLETTER - AGEECONOMIE.COM
Exemple de newsletter
Vous aimez nos articles ? Abonnez-vous à notre newsletter

 

 

Tags:

Les commentaires sont fermés