Seniors faisant du yoga - Crédit photo Cnort
Seniors faisant du yoga – Crédit photo Cnort

Une étude sur  10 ans a révélé qu’une personne plus riche peut vivre jusqu’à neuf années «  en bonne santé  » de plus que ses homologues moins riches.

Les personnes mieux nanties au Royaume-Uni et aux États-Unis âgées de 50 ans et plus peuvent s’attendre à vivre en moyenne huit à neuf ans de plus sans handicap (ce qui les empêche de cuisiner ou d’entrer et de sortir du lit), selon des recherches menées par des universités telles que l’UCL et Harvard.

Publié mardi dans le Journal of Gerontology, les données de 10754 adultes britanniques âgés de 50 ans et plus et de 14803 adultes américains de plus de 50 ans ont examiné la durée pendant laquelle les personnes peuvent s’attendre à vivre sans handicap et dans quelle mesure les facteurs socio-économiques jouent un rôle.

L’Étude longitudinale anglaise sur le vieillissement et l’Étude américaine sur la santé et la retraite ont toutes deux constaté que même si l’espérance de vie est un indicateur utile de la santé, la qualité de vie à mesure que nous vieillissons est cruciale pour déterminer notre santé.

Cet écart de richesse s’est révélé être le principal facteur socioéconomique qui affectait l’espérance de vie en bonne santé des personnes.

« Les inégalités d’espérance de vie en bonne santé existent dans les deux pays et sont d’une ampleur similaire« , ont écrit les chercheurs dans l’étude, suggérant que « dans les deux pays, les efforts visant à réduire les inégalités en matière de santé devraient cibler les personnes issues de groupes socio-économiques défavorisés« .

« Alors que l’espérance de vie est un indicateur utile de la santé, la qualité de vie à mesure que nous vieillissons est également cruciale« , a déclaré Paola Zaninotto, auteur principal et professeur à l’UCL. «En mesurant l’espérance de vie en bonne santé, nous pouvons obtenir une estimation du nombre d’années de vie passées dans des états de santé favorables ou sans handicap.»

L’étude était basée sur l’idée que la qualité de vie est importante pour déterminer notre santé à mesure que nous vieillissons.

Le document a montré qu’à 50 ans, les hommes les plus riches d’Angleterre et des États-Unis vivaient 31 années de santé supplémentaires contre 22 à 23 pour les groupes les plus pauvres.

 

Laisser votre commentaire