Description 3

Une équipe de recherche australienne s’emploie à développer un prototype de robot de téléprésence abordable fabriqué en série, qui peut être utilisé pour éviter l’isolement social des personnes âgées et les maintenir plus longtemps chez elles.

Les robots de téléprésence sont généralement des appareils à roues, sans fil, télécommandés, déjà utilisés dans les secteurs du tourisme, de la santé, de la sécurité, de l’éducation et des entreprises pour assurer une présence à distance dans un espace particulier.

Ils ont également un potentiel en matière de soins aux personnes âgées en fournissant une bouée de sauvetage cruciale à leurs proches, en rendant la vie à la maison plus sûre et en fournissant de la compagnie.

Les modèles actuellement produits dans le monde sont souvent aussi grands qu’une personne et ont un «visage», une voix et la capacité de se déplacer d’une pièce à l’autre.

Cela signifie qu’ils peuvent accompagner une personne âgée pendant ses activités quotidiennes – dans la cuisine pour faire du thé, dans le salon pour regarder la télévision ou à l’extérieur pour faire du jardinage.

Si des problèmes surviennent, d’une cafetière défectueuse à une chute, l’aide n’est pas loin. Il suffit d’appuyer sur un bouton pour que le robot appelle des membres de sa famille ou des personnes, qui sont en mesure de contrôler le robot de manière externe et de déplacer la machine vers le lieu du problème.

«La personne âgée est alors capable de voir et de parler à un membre de la famille qui peut l’orienter dans tout ce qu’elle doit faire», explique Don Kerr, professeur associé de systèmes d’information à la University of the Sunshine. Coast (USC) qui étudie l’utilisation de robots de téléprésence avec sa collègue, la Dr Jacqueline Blake, de l’UNSW et de l’Université chinoise Jiao Tong de Shanghai.

«Ils peuvent également s’assurer qu’aucun danger ne pourrait causer une chute et analyser l’environnement à la recherche de signes de danger. Si la personne âgée n’a pas nettoyé l’évier de la cuisine depuis le petit-déjeuner, un signal d’alarme retentit.»

Concevoir un robot de téléprésence abordable

Le Dr Kerr étudie depuis un certain temps les façons dont les robots peuvent aider les personnes âgées et son objectif est de concevoir un robot de téléprésence abordable.

Il a ajouté que les premiers tests effectués ont montré que ces dispositifs pourraient augmenter les sentiments de connexion et réduire la solitude chez les personnes âgées, tout en répondant aux préoccupations de sécurité.

Les robots avec des silhouettes humaines ne sont pas nouveaux dans le secteur des soins à domicile.

Mais jusqu’à présent, le coût est prohibitif pour la plupart des gens. Actuellement, le robot de téléprésence Giraff coûte environ 12 000 dollars; le Double robot, un autre humanoïde, coûte environ 3 500 dollars.

Cela les met hors de portée de la plupart des gens, explique le Dr Kerr, et il est peu probable qu’ils soient vraiment déployés dans un avenir proche.

L’objectif de l’équipe de recherche du Dr Kerr est de disposer d’un prototype, dans les deux ans, d’un robot de téléprésence abordable pouvant être fabriqué en série en Asie. Mais l’équipe a besoin d’un entrepreneur capable de développer les machines.

«Nous visons un robot pleinement fonctionnel doté de toutes les fonctionnalités souhaitées pour un prix de vente inférieur à 1 000 dollars

M. Kerr explique que les robots de téléprésence présentent des avantages économiques considérables.

«Ils réduisent les coûts pour la collectivité maintenant plus longtemps l’indépendance des personnes âgées chez elles, et avec le vieillissement de la population et le manque de personnel soignant, nous devons en tenir compte.»

Dans l’avenir, il espère examiner des robots qui ont d’autres capacités, telles que se laver, nettoyer la maison, ramasser des objets, aider la personne âgée après une chute ou avoir l’intelligence nécessaire pour engager une conversation.

Mais pour ce premier déploiement, la solitude et l’isolement social sont les principaux problèmes à résoudre.

« Le contact en face à face est bien sûr le meilleur, mais lorsqu’il n’est pas possible d’avoir des visiteurs personnels réguliers, c’est l’alternative« , déclare M. Kerr.

« Il est aussi possible, dans un proche avenir d’utiliser ce type de robots, pour la levée de doute dans le champ de la téléassistance » explique Frédéric Serrière expert du marché des Seniors en Europe.

 

 

Laisser votre commentaire