Description 2

Face à la dépendance les Seniors et les français en général, se disent insatisfaits. C’est ce qui ressort du sondage réalisé par Odoxa pour Orange HealthCare, la MNH, le groupe Ramsay, la chaire santé de Sciences po, le Figaro Santé et France Inter.

68 % d’entre eux jugent insatisfaisante la prise en charge du grand âge et de la dépendance, 65% se disent inquiets de leurs capacités actuelles ou futures à accéder aux services et aides disponibles?; et 56 % ont une mauvaise image des EHPAD.

Accompagnement du vieillissement et la dépendance : un sujet de préoccupation majeur pour les Français

L’Accompagnement du vieillissement et la dépendance est un sujet de préoccupation majeur : en effet, près de 9 Français sur 10 jugent ce sujet important et les trois-quarts (73%) des Seniors de plus de 65 ans se sentent concernés. Or, les deux-tiers des Français (68%) jugent insatisfaisante la prise en charge actuelle et (65%) se disent inquiets de leur capacité à accéder aux services/aides dont ils pourraient avoir besoin en vieillissant.

Car, comme les directeurs d’EHPAD le savent très bien, les Français, s’ils ont une bonne image des personnels, ont une mauvaise image de ces établissements d’accueil pour les personnes âgés, étant convaincus (84%) qu’ils manquent cruellement de moyens .

Plus des deux-tiers des Français (68%) jugent insatisfaisante la prise en charge actuelle de la santé et de l’accompagnement du grand âge et de la perte d’autonomie et autant de Français (65%) se disent inquiets de leur capacité actuelle ou future à accéder à l’ensemble des services/aides dont ils pourraient avoir besoin en vieillissant.

Si les Français sont une assez bonne image (60%) des personnels de santé qui travaillent dans les établissements d’accueil de personnes âgées, ils sont une large majorité (56% contre 44%) àa voir une mauvaise image de ces établissements, étant convaincus (84% le pensent) que ces établissements manquent cruellement de moyens.

Les directeurs d’EHPAD ont une vision assez juste de cette perception schizophrène de nos concitoyens à l’égard de leurs établissements et de leurs personnels : 69% pensent que les Français ont une mauvaise image de leurs établissements et 84% qu’ils ont une bonne image de leurs personnels.

S’agissant du secteur privé, les Français ont à la fois une assez bonne connaissance des services proposés (68% disent connaître l’existence des services testés) et, pour ceux qui les connaissent ont une image sensiblement meilleure de ces services et de leurs personnels. Mais pour le public, comme pour le privé, le plus notable est le très important différentiel d’image (16points) existant entre les établissements (moins bien jugés) et leurs personnels (nettement mieux jugés).

Troubles cognitifs : inquiétudes

Les inquiétudes des Français concernant leur vieillissement portent essentiellement sur la santé, et plus particulièrement sur les troubles cognitifs (Alzheimer, sénilité précoce…). S’ils inquiètent tant les Français, c’est qu’ils sont persuadés que ce sont les troubles pour lesquels il existe le moins de solutions de prise en charge.

Le cas particulier des Aidants Familiaux

Plus d’un Français sur deux (52% contre 48%) est inquiet concernant la façon dont il gérera son propre vieillissement. Et c’est la perte d’autonomie qui les inquiète le plus. Or, 8 Français sur 10 méconnaissent les dispositifs de prise en charge de la perte d’autonomie et les trois-quarts les jugent complexes, peu efficaces, pas adaptés à leurs besoins et peu accessibles. Pour faire face à ces problèmes, 6 Français sur 10 ont déjà prévu des « parades ».

Une volonté de rester chez soi

Confrontés à leur perte d’autonomie, les Français préféreraient rester chez eux en adaptant leur domicile plutôt que d’intégrer un établissement spécialisé. Mais, s’ils étaient atteints de troubles cognitifs, en revanche, les Français pensent qu’il leur faudrait intégrer un établissement spécialisé.

7 aidants-familiaux sur 10 ans ne se sentent pas aidés

Le cas particulier des « aidants-familiaux » : ils représentent près de 8 millions et demi de Français, dans l’ignorance totale des professionnels de santé qui sous-estiment leur nombre. plus de 8 aidants sur 10 ne bénéficient d’aucune aide et 1 sur 2 d’aucune solution de recours … Résultat, 7 aidants sur 10 ne s’estiment pas aidés par les pouvoirs publics.

Une attente vis à vis des nouvelles technologies

Les attentes concernant la prise en charge du vieillissement et de la dépendance sont nombreuses, que ce soit à l’égard de l’Etat ou concernant les avancées liées aux nouvelles technologies

Français comme professionnels de santé sont persuadés que la santé connectée constitue une formidable opportunité pour la santé des personnes âgées. Les outils connectés sont déjà largement utilisés (par 61% des plus de 60 ans) même si tout le monde convient que leur usage est insuffisamment exploité par les professionnels de santé et les pouvoirs publics. D’ailleurs les Français comme les professionnels de santé sont plus de 8 sur 10 à plébisciter un financement spécifique de l’Etat pour les technologies d’aide au maintien à domicile.

9 Français sur 10 jugent que les politiques publiques ne sont pas adaptées

Au-delà de l’amélioration et du développement des nouveaux outils (NT), les Français en appellent surtout à un effort de l’Etat : 9 Français sur 10 jugent que les politiques publiques ne sont pas adaptées, laissant un trop important « reste à charge aux familles ». Du coup, les deux-tiers des Français seraient favorables à la création d’un « 5ème risque » dédié au financement public de la prise en charge du vieillissement.

 

Les commentaires sont fermés