Description 2

ChouChou propose des créations artisanales et ludiques made in France stimulant les capacités cognitives et émotionnelles des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Interview de Pascale Matthews.

Pouvez-vous présenter votre activité ?

Je suis artisan créateur d’articles et accessoires thérapeutiques pour malades d’Alzheimer.

Avec By ChouChou, je conçois et fabrique des articles de stimulation sensorielle depuis le printemps 2017. J’ai commencé avec un plaid sensoriel que j’ai vendu en avril 2017 à un Ehpad public dans la Loire. J’ai depuis, décliné d’autres produits : coussins sensoriels, tabliers sensoriels très utiles pour les personnes qui déambulent et qui se dévêtissent, un sac à surprises avec des éléments à manipuler, un jeu de memory 3D etc. Je crée de nouveaux accessoires thérapeutiques au fur et à mesure des attentes exprimées par mes clients.

Comment avez-vous développé votre solution ?

Cette activité a été créée dans le cadre d’une reconversion professionnelle. J’étais auparavant ingénieur commercial dans une société industrielle spécialisée en ingénierie électronique. Cette profession ne me convenait plus. J’ai réfléchi à ce que je savais faire.

J’avais découvert l’existence des plaids et coussins sensoriels aux États-Unis il y a une dizaine d’années dans un hôpital gériatrique. On les appelle les fidget quilts (littéralement les plaids à manipuler). Un assemblage de matières, de couleurs contrastées et de gadgets cousus fermement-( fermeture, scratch, bouton, ruban à lacer, etc…). Ils sont largement implémentés dans les structures d’hébergement de malades d’Alzheimer dans les pays anglo-saxons mais aussi en Allemagne, en Suisse, depuis de nombreuses années. J’ai consulté toute la littérature consacrée à ce type d’articles car je voulais être assurée de leur efficacité thérapeutique avant de me lancer et de contacter les Ehpad.

Par ex, selon, Dr Glenn Smith, neuropsychologue spécialisé dans la maladie d’Alzheimer à la Mayo Clinic aux Etats-Unis estime que les plaids sensoriels  (fidget quilts) assemblage de matières, de couleurs et de gadgets ( voir le 7ème paragraphe) surpassent en terme d’efficacité selon lui  les autres thérapies non médicamenteuses : http://ckwxr.eu.org/.

En Allemagne, les thérapistes occupationnels (psychomotriciens) les considèrent comme des outils indispensables de médiation et de rééducation.

Aucun des distributeurs français de matériels pour séniors et Ehpads n’avait véritablement de plaid sensoriel dans leur catalogue en 2017. J’ai vu qu’il y avait une « brèche » dans ce domaine. Ce n’est qu’en 2018, qu’on a commencé à voir des versions standardisées de plaids et couvertures dans les gammes dédiées à la stimulation sensorielle. Mes articles se démarquent, car ce sont des pièces uniques. Il n’y en a pas deux identiques.

J’ai donc conçu et confectionné un prototype que j’ai fait tester durant mes RV dans les Ehpad. Les articles textiles sensoriels amènent à effectuer des actions simples et répétitives qui ne mettent jamais le résident en échec. Un scratch, une fermeture éclair, un lacet à nouer…Plaisir visuel et tactile. Ces tests in situ étaient nécessaires pour lever les éventuelles réticences ou doutes, car c’est vrai qu’au 1er abord, le plaid/coussin sensoriel surprend.

Je souhaitais aussi m’adapter aux contraintes des Ehpads : Au délà du plaisir visuel et tactile, il fallait que les articles soient lavables pour des questions évidentes d’hygiène, résistants, et simples à utiliser.

Comment parvenez-vous à mesurer les effets thérapeutique ? Quels sont les bénéfices ?

Cela fera bientôt 3 ans que les unités de vie protégée, les unités d ‘hébergement renforcés , les Accueils De Jour de ma région sont « équipés » de mes articles. Les effets thérapeutiques m’ont été rapportés par mes client(e)s eux-mêmes que je rappelle en général au bout de quelque mois, pour faire le point.

Qu’il s’agisse des coussins, tabliers, ou plaids, on peut citer  :

  • la stimulation des résidents apathiques qui seront intrigués par un détail ou une texture particulière, et à contrario
  • l’apaisement et la réduction des troubles anxieux, des tensions et de l’agitation.
  • l’exercice de la motricité fine et la coordination oeil-main.

Le fait de tenir entre ses mains un objet textile à explorer détourne l’attention du résident sur quelque chose de bien concret.

Ce sont de véritables outils de soin, qui serviront de support à l’échange., soit entre résidents, soit entre le soignant et le résident.

Lorsqu’ils sont réalisés sur une thématique chère au résident et qu’ils rappellent un ancien hobby ou métier, ils réveillent la mémoire émotionnelle. Sur la région lyonnaise, beaucoup de dames ont travaillé dans des ateliers de confection. Elle reconnaissent et identifient avec plaisir la soie, la dentelle, la fourrure….

J’ai développé mes autres articles toujours sur le même principe du multi-usage et de la facilité d’entretien. C’est le cas de la couverture lourde lavable et modulable et du doudou bain, utile pour détourner l’attention du résident lors de la douche.

Les bénéfices

Ils ont une double utilité.

Leur avantage est qu’ils ne nécessitent pas l’intervention d’une tierce personne.

Il suffit de confier l’article textile sensoriel dans les mains de la personne qui le manipulera pendant 20 minutes, une demi-heure. Quand le résident est détendu, toute l’équipe l’est.

Dans le cas des personnes qui déambulent beaucoup, le tablier est bien utile. Il va amener le malade d’Alzheimer à s’asseoir pour se concentrer sur les gadgets cousus en bas de tablier.

Le personnel soignant est soulagé et peut s’occuper de quelqu’un d’autre pendant ce temps. Leur utilisation doit toutefois faire l’objet d’une petite réunion préalable au sein de l’équipe. Il est plus judicieux de les implémenter avec l’adhésion des aides soignantes et des ASG. Ce sont elles qui sont en contact permanent avec les résidents.

Enfin, le retour sur investissement est optimal. Pour un prix abordable, vous êtes assuré d’avoir des mois et années d’utilisation. Ce qui ramène le coût horaire d’utilisation à une fraction d’euro.

Qui sont les utilisateurs ?

Mes acheteurs sont essentiellement les psychologues, psychomotriciennes, cadres de santé des Unités d’Hébergement Renforcé, PASA, Accueil de Jour pour des malades d’Alzheimer en stade modéré à sévère et très sévère.

Ils peuvent aussi être utilisés pour la rééducation des mains (motricité fine) après un AVC.

Lorsqu’on évoque les thérapies non médicamenteuses, on pense davantage à la médiation animale, à l’art-thérapie, aux poupées et animaux en peluches, ou aux robots interactifs, moins aux articles textiles comme les coussins et les plaids sensoriels. Ils ont pourtant toute leur place au sein de cet éventail.

 

 

Laisser votre commentaire