En 2015, 4 % à 10 % des personnes âgées de 60 ans ou plus vivant à domicile sont dépendantes au sens du groupe iso-ressources (GIR), selon que l’on retienne une définition restreinte ou large. Par ailleurs, 3 % des personnes sont estimées dépendantes au sens de l’indicateur de Katz et également 3 % au sens de l’indicateur de Colvez.

Ces trois mesures renvoient à différentes facettes de la dépendance et seules 15 % des personnes dépendantes au sens de l’une de ces mesures le sont au titre des trois. Selon ces indicateurs, la France métropolitaine compterait entre 0,4 et 1,5 million de personnes âgées en perte d’autonomie vivant à domicile. Ces estimations sont les premiers résultats de l’enquête « Capacités, Aides et Ressources des seniors (CARE) ménages », volet seniors réalisée par la DREES en 2015. Parmi les personnes âgées vivant à domicile, les femmes sont à âge égal, plus fréquemment en perte d’autonomie que les hommes. Les écarts de prévalence entre les femmes et les hommes peuvent aller jusqu’à 6 points de pourcentage pour la tranche d’âge des 75 ans ou plus. Enfin, les seniors vivant à domicile sont moins en perte d’autonomie (-3 points de pourcentage) qu’en 2008, alors même que la proportion de résidents en institution, davantage confrontés à des pertes d’autonomie, a baissé au cours de la période.

D’après l’enquête Capacités, Aides et REssources des seniors (CARE) ménages de 2015, réalisée par la DREES, la France métropolitaine compte, selon la définition retenue, entre 0,4 et 1,5 million de personnes âgées en perte d’autonomie vivant à domicile. Les seniors dépendants peuvent être repérés à l’aide de l’estimation du groupe iso-ressources (GIR) allant de 1 à 4. L’estimation du GIR peut toutefois varier selon que l’on retienne ou non les personnes qui déclarent juste « quelques difficultés » pour réaliser les activités de la vie quotidienne. Cela se traduit par deux estimations, une « large » et une « restreinte » du GIR.

Ce GIR estimé se fonde sur les mêmes variables discriminantes que celles utilisées par des équipes médico-sociales pour évaluer l’éligibilité à l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Toutefois, fondé sur des réponses déclaratives, il est trop imprécis pour permettre une estimation du non-recours à l’APA. En considérant une définition large, 10,1 % des personnes âgées de 60 ans ou plus sont en perte d’autonomie, soit 1 459 000 personnes. Parmi les personnes âgées de 60 ans ou plus, 6,7 % ont un niveau de dépendance peu élevé (GIR 4), tandis que 1,8 % présente une dépendance sévère (GIR 1 ou 2), soit 260 000 personnes (tableau 1)1 . Cette faible proportion s’explique par le fait que les personnes les plus dépendantes sont principalement prises en charge en établissement.

Parmi les personnes de moins de 75 ans, on compte 415 000 personnes en perte d’autonomie (4,5 %), dont 46 000 personnes sévèrement dépendantes (0,5 %). Chez les personnes âgées de 75 ans ou plus, en revanche, 1 042 000 personnes sont en situation de perte d’autonomie (20,0 %), dont 214 000 sont en situation de dépendance sévère (4,1 %). En retenant une définition plus restreinte du GIR, les estimations sont sensiblement plus basses : 4,4 % des personnes âgées de 60 ans ou plus sont dépendantes, soit 636 000 individus. P

armi elles, 217 000 personnes sont sévèrement dépendantes. Chez les personnes âgées de 75 ans ou plus, 9,6 % sont dépendantes, soit 500 000 personnes, dont 182 000 personnes sévèrement dépendantes. Deux autres mesures mettent en exergue des situations de dépendance sévère : il s’agit des indicateurs de Katz et de Colvez. Ceux-ci sont établis sur un nombre plus restreint d’activités de la vie quotidienne que le GIR estimé. Si l’on se réfère à l’indicateur de Katz, 477 000 personnes âgées de 60 ans ou plus sont incapables de réaliser seules au moins une activité de la vie quotidienne, soit 3,3 % des 60 ans ou plus. Parmi les moins de 75 ans, 102 000 personnes sont concernées (soit 1,1 %).

La prévalence est plus élevée chez les 75 ans ou plus avec 375 000 personnes touchées (soit 7,2 %). Selon l’indicateur de Colvez, 376 000 personnes âgées de 60 ans ou plus ont besoin d’aide pour la mobilité, soit 2,6 % des individus âgés de 60 ans ou plus (0,8 % pour les moins de 75 ans, 6,0 % chez les 75 ans ou plus).

Source : Les personnes âgées dépendantes vivant à domicile en 2015 – Drees

 

Document sans nom

NEWSLETTER - AGEECONOMIE.COM
Exemple de newsletter
Vous aimez nos articles ? Abonnez-vous à notre newsletter

 

 

Les commentaires sont fermés