Le Réseau privé de services à la personne, Age d’Or Services a souhaité mettre en lumière les témoignages de celles et ceux, aidants familiaux comme intervenants Age d’Or Services, qui oeuvrent quotidiennement pour permettre à ces personnes fragiles de demeurer dans leur domicile le plus longtemps possible.

 

Face à la dégradation progressive de la santé de leur proche, certains aidants peuvent se sentir démunis et dépassés par le quotidien. C’était le cas de Madame Bajas, assistante maternelle, qui a obtenu, grâce aux conseils avisés de professionnels, une aide adaptée pour la soutenir et faciliter son quotidien. Atteint de la maladie d’Alzheimer depuis un peu plus d’un an, son mari souffre de crises d’épilepsie. Il se rend trois journées par mois à l’Institut spécialisé de La Rose des Vents, et séjourne chaque mois, pendant trois jours et deux nuits, dans le cadre du « lieu de répit » de Villeurbanne, une structure dédiée aux patients atteints de la maladie d’Alzheimer. « En août 2016, je me suis occupée seule pendant trois semaines de mon époux. C’était vraiment difficile, j’ai cru que j’allais tomber malade.

En octobre dernier, lors des crises d’épilepsie de mon mari, le SAMU est venu et m’a alertée sur la difficulté que pouvait représenter l’accompagnement, seule, de mon mari, compte tenu de son état de santé. Sur leur conseil, j’ai rencontré tout d’abord une assistante sociale, qui m’a orientée vers le Conseil départemental. C’est ce dernier qui m’a mise en relation avec l’agence Age d’Or Services de Roanne. Aujourd’hui, nous bénéficions de 5 heures de prestations de services à la personne chaque jour : pour l’aide à la toilette (une heure matin et soir), ainsi que trois heures dans la journée pour de l’accompagnement, des jeux, des sorties culturelles etc. Il m’a fallu apprendre à faire confiance, à déléguer, mais à présent je me sens véritablement entourée, et tellement soulagée ! », explique Madame Bajas.

Faire confiance, justement, et laisser des professionnels entrer puis faire partie de leur quotidien, n’est pas forcément chose facile pour les aidants. « J’ai 20 ans, donc ma jeunesse a sans doute suscité un peu d’appréhension, au début, chez Madame Bajas », explique Annie, l’aide-soignante de l’agence Age d’Or Services de Roanne (Loire) qui intervient principalement chez Monsieur et Madame Bajas, « mais au fil des interventions, nous avons appris à nous connaître, à nous faire confiance, à nous adapter les uns aux autres. A présent, tout se passe bien. Monsieur Bajas me reconnaît et nous avons nos petites habitudes. Avec son épouse, nous formons un duo solide, pour mieux le soutenir et l’accompagner. ».

Madame Fouque, elle aussi, a dû apprendre à faire confiance à ces professionnels. Cela s’est fait progressivement, comme l’explique Carole, intervenante au sein de l’agence Age d’Or Services de Montargis (Loiret) : « Âgé de 90 ans, Monsieur Fouque est atteint de la maladie d’Alzheimer. Il se rend chaque jour, du lundi au jeudi, au CAJA (Centre d’Accueil de Jour Alzheimer). De mon côté, j’interviens chaque matin pour la toilette, ainsi que le jeudi soir, pour que son épouse puisse avoir une activité à elle. Les débuts de notre relation n’ont pas été simples : les premiers temps, Madame Fouque restait à son domicile lors de mes visites. Mais je peux le comprendre, il peut être stressant de laisser ainsi entrer dans sa vie quelqu’un d’extérieur, aussi professionnel soit-il. Peu à peu, nous nous sommes apprivoisées, et aujourd’hui la confiance règne. Madame Fouque ose enfin sortir vaquer à ses occupations, ce qui lui apporte un réel soulagement et lui permet de respirer un peu. Elle sait qu’elle peut se reposer sur moi et qu’en son absence, tout se passera bien.».

 

Document sans nom

NEWSLETTER - AGEECONOMIE.COM
Exemple de newsletter
Vous aimez nos articles ? Abonnez-vous à notre newsletter

 

 

Tags:

Les commentaires sont fermés