Description 3

VAC est un système de détection de chute par l’analyse d’images qui fonctionne grâce à des capteurs optiques installés dans le lieu de résidence du client couplés à un programme informatique. Interview de Ramzi Larbi, Directeur de C2S

Vous avez développé un système de détection de chute (VAC), pouvez-vous nous le présenter ?

Chaque année, plus de 10000 décès liés à des chutes sont dénombrés, soit trois fois plus que ceux liés aux accidents de la route. Par ailleurs, notre monde est ultra connecté – montres, bracelets, smartphones… Ces variables, somme toute antinomiques, sont à l’origine de l’invention de notre système VAC. Nous avons imaginé une technologie à base de capteurs optiques. Ces derniers analysent une image donnée, déterminent si une chute a eu lieu, évaluent sa gravité et alertent un centre de téléassistance ou un aidant.

Les capteurs s’installent comme une alarme, dans un seul ou plusieurs endroits (salon, chambre, couloir, etc). Ils sont reliés à une box où est hébergé notre algorithme permettant de décomposer la pièce, d’analyser la scène qui s’y déroule et de comprendre ce qui s’y passe. Les données sont centralisées en local sur cette box et les informations sont envoyées via une connexion internet. Le système a aussi la capacité de détecter l’entrée d’une personne dans la cuisine, les toilettes ou la salle de bain et de savoir, selon un paramétrage précis, si elle n’en ressort pas au bout de 20 minutes par exemple. Une notification d’anomalie est alors transmise à l’aide-soignant, au téléassisteur ou au parent. En outre, des micros, avec son bidirectionnel, permettent de dialoguer avec la personne âgée à distance.

Pourquoi avoir développé ce système ?

L’idée était surtout de rendre le moins stigmatisant possible la « perte d’autonomie ». En effet, les personnes dépendantes ont plutôt du mal à porter les dispositifs qui sont actuellement commercialisés sur le marché aujourd’hui.

De plus que se passe-t-il lorsque une personne âgée se lève pour aller aux toilettes à 3h du matin, qu’elle chute et qu’elle ne porte pas son médaillon ou sa montre de téléassistance ?
Généralement, elle reste au sol jusqu’au passage de l’aide-soignante ou de la famille bien plus tard dans la matinée.

La solution VAC répond à cela : aucun changement d’habitude, aucun système à porter, et les chutes ou les autres anomalies sont détectées sans action de la personne dépendante.

En quoi est-il innovant ?

Qui dit innovation dit généralement brevet : VAC est aujourd’hui en breveté en France (Procédé et dispositif de détection de chute par analyse d’images – Inpi), au Canada et surtout aux USA où il est très difficile d’obtenir un brevet.

La recherche était bien évidemment présente sur ce type de solution, mais la force de VAC est d’avoir pu la rendre accessible à tous.

VAC équipe aujourd’hui plus de 800 chambres d’Ehpad en France, Belgique, Portugal et Canada. De plus, une centaine de capteurs ont été installés chez le particulier à domicile en quelques mois grâce à notre partenaire Vitaris (filiale du groupe Tunstall, numéro 1 mondial de la téléassistance pour personnes âgées).

La récente commercialisation de notre solution sans fil marquera je l’espère une accélération de l’équipement de cette solution au domicile des personnes. Les retours sont plus que positifs sur ces deux segments puisque de nombreuses chutes ont été détectées ce qui a permis une intervention immédiate.

Comment commercialisez-vous votre service ? En direct, via des téléassisteurs ?

Sur le marché des Ehpad et des résidences services, nous faisons appel à des intégrateurs, électriciens et prestataires de services etc, qui proposent la solution et qui se chargent de la mettre en service après bien évidement avoir suivi une formation dans nos locaux.

Pour le particulier vivant seul à domicile, la commercialisation se fait via la société Vitaris partenaire de la solution VAC.

Pour le fonctionnement du système, une fois installé, les alertes sont envoyées via ce partenaire téléassisteur qui se charge ensuite d’alerter les familles ou les secours.

Vous proposez votre système aux Ehpad. En quoi est-il intéressant pour ces établissements ? Quels sont les bénéfices pour ce genre de structures ?

L’entrée en Ehpad d’une personne âgée est principalement due à un besoin de sécurisation plus important (chute au domicile dans la majorité des cas). L’ Ehpad doit ainsi se porter garant de cette sécurité que la personne âgée est venue chercher, malheureusement et notamment la nuit les aides-soignantes se retrouvent souvent en sous-effectif. Il est difficile de gérer 80 résidents entre 21h et 7h du matin lorsque l’on est 2 salariés…

Comme pour le particulier vivant seul à son domicile, le système VAC alerte l’aide-soignant dès qu’une anomalie est détectée ( chute, immobilisation salle de bain de plus de 20 min, sortie de chambre).

L’alerte est envoyée directement vers le téléphone Dect (grâce à un partenariat technologique avec les plus grands fabricants européens : Ascom, Ackermann, Stanley, etc).
L’option image permet à l’aide-soignante de visualiser l’alerte qui peut, ainsi, intervenir rapidement si le besoin est avéré.

Validé par la Cnil, le système VAC respect totalement l’intimité de la personne puisque l’image est floutée et n’est envoyée qu’en cas d’alerte.

Pour terminer la plate-forme Internet mis à disposition de l’Ehpad permet à la fois d’analyser les raisons de la chute et d’archiver les résultats du système.

Un grand groupe français réfléchi aujourd’hui au déploiement de la solution après plus d’un an de test. Il s’avère, même si les résultats ne sont pas encore officiels, que le système VAC permet un gain de temps d’intervention d’environ 1h30 ( dans la mesure ou la personne n’est vue au sol qu’au moment de la ronde)

Exemple : Alerte chute envoyée à 2h30, intervention du personnel à 2h32 alors que la prochaine ronde prévue : 3h30. Lorsque l’on connaît les conséquences d’une immobilisation trop longue au sol, VAC apporte un réel bénéfice aux établissements.

 

Les commentaires sont fermés