Description 3

Andre_THEPAUT

 

Interview de André THEPAUT, Directeur d’Etudes IT – Telecom Bretagne/ Dept Informatique.

Pouvez-vous présenter le programme HAAL du Lab-STICC ?

La problématique de HAAL (Human Ambient Assisted Living) est assez simple à résumer : il s’agit de développer des services permettant aux personnes dépendantes (dépendances liées à l’âge ou à la maladie) de continuer à vivre à domicile dans leur environnement. Nous faisons le pari que les nouvelles technologies (TIC) peuvent contribuer à aider les personnes à bien vieillir au sein de leur domicile. Le domicile devra s’adapter et évoluer afin d’accompagner la personne, compenser l’apparition de dépendances.

Le programme HAAL se consacre donc à l’étude, la conception et l’analyse de services ou de dispositifs conçus pour renforcer les liens sociaux ou soulager le quotidien des personnes souffrant de handicap, fragiles ou âgées.

Les travaux menés au sein de HAAL, « des capteurs aux services et vice-versa » s’appuient sur les travaux d’équipes pluridisciplinaires. Ainsi des travaux théoriques menés, par exemple, autour de l’observation de l’activité de la personne ont vocation à améliorer les interfaces de contrôle mais également à fournir des préconisations pour les chercheurs en charge de la conception de capteurs spécifiques.

Une des approches étudiée s’appuie sur l’observation de l’usage domotique pour l’élaboration automatique de scénarios de commandes ainsi que pour le monitoring et la gestion d’alertes au service de personnes isolées.

Quelle est votre mission ?

A Télécom Bretagne, une école d’ingénieurs de l’Institut Mines Télécom basée à Brest et Rennes, je coordonne, depuis une douzaine d’année, une équipe de recherche impliquée dans des travaux de recherche dédiés à l’assistance à la personne. Depuis 2012 notre équipe a été intégrée au Lab-STICC, une unité mixte de recherche (UMR) du CNRS et s’est élargie. Ainsi près de 30 chercheurs se rencontrent régulièrement dans le cadre du programme HAAL. Au cours de ces séminaires semestriels nous effectuons le point sur les Thèses en cours, les partenariats, les programmes coopératifs, les sollicitations externes, etc.

Par exemple, c’est grâce à ce groupe HAAL que nous nous sommes mobilisés pour monter le projet VITAAL qui a été soumis pour financement dans le cadre du plan état Région (CPER) 2015-2020. Le projet a été retenu et sera financé à hauteur de 2M€ pour les 5 ans à venir. Il rassemble plusieurs écoles d’ingénieurs bretonnes, l’université de Bretagne Sud et l’Université de Bretagne Occidentale, le centre de rééducation de Kerpape et le CHRU de Brest.

En quoi pouvez-vous aider les entreprises spécialisées sur le marché des Seniors ?

Nous pouvons apporter plusieurs types de soutien aux entreprises.

Tout d’abord un soutien académique pour les activités de recherche et développement, dans le cadre de projets coopératifs par exemple. Ainsi, plusieurs spécialités de Télécom Bretagne peuvent être sollicitées par des entreprises spécialisées sur le marché des Seniors (informatique, robotique d’assistance, protocole domotique, réseau, objets connectés, fouille de données, interaction humain- système, etc.). D’autres spécialités, moins courantes dans une école d’ingénieur, comme l’économie de la santé ou la sociologie, peuvent également être mobilisées.

Il convient également de noter la présence de deux Livings Labs en Santé Autonomie (LLSA) au sein du programme HAAL. Le premier est situé dans le centre de rééducation fonctionnelle de Kerpape, près de Lorient ; le second est situé dans les locaux de Télécom Bretagne à Brest. Dans le cadre des projets de recherche, les utilisateurs sont invités à tester les services ou dispositifs innovants mis au point par l’équipe de recherche.

Un autre type de soutien potentiel aux entreprises est l’incubateur de Télécom Bretagne. Ainsi, certains projets de recherche ont donné naissance à des entreprises qui commercialisent maintenant les services mis au point dans les laboratoires il y a plusieurs années.

Quels types d’entreprises peuvent faire appel à vos services ?

Comme indiqué auparavant nous pouvons accompagner des startups au sein de l’incubateur. Nous avons également travaillé avec des grands groupes (Alcatel, Delta Dore, etc. ) dans le cadre de projets coopératifs.

Le Living Lab peut également être utilisée par nos partenaires industriels pour des expérimentations et des observations d’habitabilité et d’acceptabilité.

Pouvez-vous nous parler d’un projet que vous avez mené ?

Il y a déjà plusieurs années, en lien avec des sociologues et les collectivités, nous avons interrogé plusieurs dizaines de personnes âgées sur leur vision des nouvelles technologies. Les entretiens ont permis de comprendre que de nombreuses personnes âgées souffraient d’isolement. Beaucoup de ces personnes étaient hébergées en EHPAD. Malheureusement elles ne pouvaient utiliser les dispositifs informatiques (ordinateurs, smartphone, etc.). Nous avons imaginé et réalisé une plateforme générique, articulée autour de trois dispositifs qu’elles maîtrisaient : la télévision, la télécommande adaptée et le téléphone.

Dans une démarche de co-conception, qui rassemblait les chercheurs, mais également des professionnels de santé, des responsables d’EHPAD, des familles des personnes âgées, des collectivités, etc. nous avons identifié et développé un bouquet de services relationnels qui a été proposé sur la télévision. La plateforme a ensuite été déployée en situation réelle dans deux EHPAD pendant plusieurs mois. Nous l’avons ensuite enrichie de service domotiques, soutenu par le FUI (projet SIGAAL).

Nous l’avons plus tard greffée aux réseaux sociaux. Ainsi, nous sommes les premiers à avoir proposé un Facebook sur la télévision, à destination des personnes âgées (projet Mazadoo, FUI). Ces projets ont été consolidés et transférés vers une startup Elderis (ANR Emergence) qui a été hébergée dans l’incubateur de Télécom Bretagne. Elderis commercialise actuellement le dispositif.

Les travaux actuels de l’équipe portent sur l’aide aux personnes via des robots compagnons (projet européen Echord++) et sur un protocole domotique universel (xAAL).

 

 

Les commentaires sont fermés