Description 3

Ils sont plus de 8 millions selon l’Association française des aidants (dont 4,3 millions à s’occuper de personnes âgées). Ils sont au cœur de l’entraide financière familiale. Ils investissent beaucoup de temps et d’argent pour le bien-être d’un membre de leur famille en situation de perte d’autonomie. Une étude de la mutuelle d’épargne indépendante Carac lève le voile sur les efforts financiers consentis par les aidants familiaux.

Si 63% des aidés vivent toujours à leur domicile, 17% des aidants sont dits « permanents ». Ils vivent à leur domicile avec la personne en perte d’autonomie qu’ils accompagnent et hébergent.

Des aidants investis qui s’occupent majoritairement de leurs parents… 55% des aidants s’occupent de leur mère ou de leur père. Parmi les autres, 15% s’occupent de leur bellemère ou beau-père et 10% de leur conjoint.

… dont la perte d’autonomie est due pour 58% d’entre eux à la vieillesse. 36% sont en situation de perte d’autonomie suite à une maladie et 16% en raison d’un handicap.

Des aidants familiaux qui manquent eux-mêmes de soutien. 33% d’entre eux sont seuls à s’occuper de leur proche en perte d’autonomie. Plus de 7 aidants sur 10 ne bénéficient d’aucune aide professionnelle, soit parce que le proche aidé ne le souhaite pas (30%), soit par manque de moyens financiers (27%). Ils ne sont que 55% à avoir contacté un organisme pour les aider. 37% se débrouillent entièrement seuls.

Des aides apportés nombreuses et variées.

Avec, en trio de tête : La présence et le soutien moral (83%). Juste derrière, les démarches administratives (81%). Enfin, en 3e position ex-aequo: faire les courses et accompagner la personne aidée en promenades, ou lors de déplacements divers (75%).

Côté services, des aidants insatisfaits de l’information mise à leur disposition

68% jugent l’information dont ils disposent insatisfaisante. Les aidants estiment que les dispositifs d’aide (52%), les services auxquels s’adresser (36%) et les critères pour bénéficier des aides (29%) sont peu connus. Près de 6 aidants sur 10 ne savent pas où s’adresser pour bénéficier des aides auxquelles ils ont droit.

Côté réglementation, une réelle méconnaissance de la loi d’adaptation de la société au vieillissement entrée en vigueur en janvier 2016

Si 44% en ont déjà entendu parler, seul 1 aidant sur 10 sait précisément ce qu’est le «droit au répit» et seulement 8 % de ceux qui connaissent ce droit et qui accompagnent une personnage âgée en ont déjà bénéficié. Si 46% en ont déjà entendu parler, seuls 2 aidants sur 10 savent précisé- ment ce qu’est le « congé du proche aidant» et peu déclarent souhaiter en bénéficier. Un congé perçu comme une bonne solution mais qui pourrait aussi aggraver la situation financière de l’aidant.

Une responsabilité qui coûte cher

66% des aidants familiaux prennent en charge financièrement des frais à hauteur de 2049 € par an en moyenne. Il s’agit essentiellement de frais de transport (38%), d’aménagement du domicile de la personne aidée (28%) et de reste à charge ou achats de médicaments (24%). 7 aidants sur 10 déclarent que leur statut a de lourdes répercussions financières sur leurs projets et leurs revenus.

En conclusion, des aidants familiaux demandeurs d’accompagnement et de solutions pour les soutenir

79% des sondés auraient aimé bénéficier d’au moins un accompagnement dès le démarrage de leur mission avec un état des lieux des aides nécessaires. Accompagnement administratif (63%), bilan social pour évaluer les besoins d’aide (58%), prévention des risques de chute (56%), service de téléassistance (53%)… autant de services particulièrement attendus par les aidants familiaux en France aujourd’hui

« Très attentive à l’évolution des besoins de ses adhérents, la Carac a conçu Carac Épargne Plénitude, une solution d’assurance vie en euros, assortie d’une sélection de services d’assistance pertinents et personnalisés accompagnant aussi bien les aidés que les aidants dans les situations de la vie quotidienne. Pour les aidants, il s’agit, par exemple, d’une aide à la décision de devenir aidant, dans le cadre de laquelle un travailleur social analyse avec l’aidant potentiel les impacts de cette responsabilité sur sa vie sociale, professionnelle ou économique et apporte des conseils personnalisés sur les solutions d’organisation du quotidien » explique Carac.

Enquête focus sur les aidants familiaux Échantillon de 1022 aidants âgés de 40 à 75 ans. 56% de femmes / 44% d’hommes, âge moyen 55 ans. Actifs pour 59% d’entre eux. Individus issus d’un échantillon national représentatif des 40 à 75 ans sur les critères de sexe, d’âge, de région de résidence et de catégorie d’agglomération. Seuls les aidants familiaux ont été retenus. Dates de terrain : interviews réalisées du 22 février au 3 mars 2017.

 

Les commentaires sont fermés