Description 3

Beaucoup de personnes dans la cinquantaine et au début de la soixantaine consomment des compléments alimentaires ou font de l’entrainement cérébral dans l’espoir de protéger leur santé mentale, mais risquent de manquer de stratégies efficaces.

De nombreux Américains dans la cinquantaine et au début de la soixantaine s’inquiètent de la dégradation de la santé du cerveau, en particulier s’ils ont des proches atteints de perte de mémoire et de démence, selon un nouveau sondage national.

Cependant, alors que la majorité des personnes interrogées affirment prendre des compléments alimentaires ou résoudre des énigmes afin d’éviter le déclin du cerveau, très peu d’entre elles ont parlé à leurs médecins de moyens factuels de prévenir la perte de mémoire.

En conséquence, ils risquent de ne pas avoir accès aux stratégies éprouvées pour garder leur cerveau en pleine forme plus tard, a déclaré l’équipe de l’Université du Michigan.

Au total, près de la moitié des répondants au sondage national sur le vieillissement en bonne santé ont estimé qu’ils risquaient de développer une démence en vieillissant, et presque autant s’inquiétaient de cette perspective. En réalité, les recherches suggèrent que moins de 20% des personnes âgées de 65 ans vont perdre des capacités cognitives en raison de la maladie d’Alzheimer, de la démence vasculaire ou d’autres affections.

Malgré les préoccupations liées au cerveau de tant de personnes interrogées, seuls 5% du groupe entier et 10% de ceux qui déclarent avoir des antécédents familiaux de démence ont déclaré avoir parlé à un fournisseur de soins de santé de la prévention des problèmes de mémoire.

Dans le même temps, 73% ont déclaré faire des mots croisés, jouer à des jeux de réflexion ou prendre des suppléments pour garder l’esprit vif. Aucune des deux stratégies n’a démontré d’effet bénéfique dans les principales études de recherche.

«Alors que beaucoup de personnes de cet âge ont exprimé leurs inquiétudes à propos de la perte de mémoire et ont déclaré prendre des mesures actives pour la prévenir, la plupart n’ont pas demandé conseil à des professionnels de la santé, qui pourraient les aider à comprendre quelles étapes sont réellement étayées par des preuves scientifiques», a déclaré Donovan Maust, MD, MS, un psychiatre gériatrique de l’UM qui a contribué à la conception du sondage et à l’analyse des résultats. «Beaucoup de gens ne réalisent peut-être pas qu’ils pourraient aider à préserver la santé de leur cerveau en contrôlant leur pression artérielle et leur glycémie, en faisant davantage d’activité physique et en dormant mieux, et en arrêtant de fumer.»

 

Laisser votre commentaire