Description 3

Alors que le processus de vieillissement est un phénomène universel, les personnes perçoivent et expérimentent leur vieillissement de manière très différente.

L’âge subjectif , se référant à la façon dont les individus se sentent plus jeunes ou plus vieux que leur âge réel, a été mis en évidence comme un prédicteur important des résultats de santé tard dans la vie, mais aussi sur la manière de consommer, d’inter-agir avec son environnement, etc.

L’âge subjectif – défini comme l’âge ressenti – a été mesuré dans une étude réalisée par Maja Zupančič du Département de psychologie de l’Université de Ljubljana en Slovénie, dans un échantillon de 782 répondants, âgés entre 18 et 89 ans.

Les adultes de moins de 20 ans avaient en moyenne des âges subjectifs un peu plus élevés et ceux de plus de 20 ans des âges subjectifs plus jeunes par rapport à leur âge chronologique. L’écart entre l’âge subjectif et l’âge réel des années a augmenté à l’âge adulte.

Les différences pour l’âge chronologique, mais pas pour le genre et l’éducation ont été trouvés dans les répondants déclarant positive, négative et pas d’écart subjectif-âge réel. Lorsque l’écart d’âge entre l’âge subjectif et l’âge réel était considéré comme une proportion de l’âge chronologique, aucune augmentation n’a été notée après la quatrième décennie de vie; les répondants de plus de 37 ans se sont sentis 15% plus jeunes que leur âge réel. Le sexe et l’éducation ne tenaient pas compte des écarts d’âge proportionnels avec l’échantillon complet, alors que dans le sous-échantillon des personnes âgées, ni les variables démographiques (état matrimonial, mode de vie et lieu de résidence) ni les cinq dimensions robustes de la personnalité n’étaient significativement liées.

Un lien entre l’âge subjectif et l’âge du cerveau ?

Cependant, il n’est pas clair si et comment l’âge subjectif est associé au processus neurobiologique du vieillissement.

Dans une récente étude (menée par Seyul Kwak , Hairin Kim, Jeanyung Chey du Département de psychologie, Université nationale de Séoul et Yoosik Youm du département de sociologie, Université Yonsei de Séoul), 68 adultes âgés en bonne santé ont subi un examen de leur âge subjectif et des scans d’imagerie par résonance magnétique (IRM).

Des images cérébrales pondérées ont été utilisées pour construire un modèle de prédiction de l’âge. les chercheur ont utilisé des techniques de modélisation de la morphométrie voxel (VBM) et de prédiction de l’âge pour déterminer si les trois groupes concernant l’âe subjectif (plus jeunes, identiques ou plus vieux que l’âge réel) différaient dans leurs volumes régionaux de matière grise , et l’âge du cerveau prédit.

Un âge subjectif plus faible = un cerveau plus jeune

Les résultats ont montré que les personnes âgées qui se percevaient comme plus jeunes que leur âge réel présentaient non seulement un volume de manière grise plus important dans le gyrus frontal inférieur et le gyrus temporal supérieur, mais aussi un âge cérébral plus jeune.

Les résultats suggèrent que l’expérience subjective du vieillissement est étroitement liée au processus de vieillissement du cerveau et souligne les mécanismes neurobiologiques de l’âge subjectif en tant que marqueur important de la santé neurocognitive de la fin de la vie.

 

Document sans nom

NEWSLETTER - AGEECONOMIE.COM
Exemple de newsletter

 

 

Laisser votre commentaire