Voici les résultats de l’étude Habiter le 4ème âge au XXIème siècle : une étude auprès des séniors européens pour Primonial Reim. Le 4ème âge : un cap abordé avec une relative sérénité, sans pour autant qu’il soit anticipé ou préparé. Près des 2/3 des séniors se projettent dans leurs vieux jours avec sérénité. Pourtant, un tiers des séniors seulement a pris des dispositions pour ses vieux jours (30%), avec des disparités fortes entre pays (41% en Allemagne, 17% en Italie). Lorsqu’ils ont anticipé le moment de la vieillesse, c’est davantage par des dispositions en matière de finance (77%) que de logement (72%). Des différences d’anticipation qui s’expliquent par des clivages culturels entre pays: alors que les Français comptent en priorité sur eux-mêmes pour faciliter leurs vieux jours (52%), les Espagnols pensent pouvoir s’appuyer en priorité sur le soutien de leur conjoint (48%), et les Italiens, plus qu’ailleurs, sur celui de leurs enfants (28%). Le logement : un enjeu reconnu du vieillissement, mais une question peu appréhendée dans les faits 64% des séniors pourraient envisager d’aménager leur logement en fonction de leur état de santé mais moins de la moitié envisagent de vivre dans un autre endroit, par exemple dans

Ce contenu est restreint aux membres. Si vous êtes un utilisateur enregistré, connectez vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'enregistrer ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis
Tags:

Les commentaires sont fermés