Description 2

On ne compte plus les entrepreneurs et les initiatives qui cherchent à pousser les jeunes Seniors, à prendre des mesures préventives concernant leur éventuel risque de dépendance.

On ne compte plus les innovations qui sont proposées aux jeunes Seniors pour adapter leur logement, pour rendre accessible leur maison, pour les fournir plus de sécurité avec toute une foule de technologies.

On ne compte plus ces initiatives, mais pourtant rien ne bouge plus qu’auparavant… ou presque.

C’est comme si l’ensemble de ces initiatives avaient fait le “plein” des Seniors qui acceptaient ces “outils” de prévention.

Les autres Seniors et notamment les jeunes Boomers, refusent ces innovations, refusent ces mesures de prévention pour trois raisons principales : le manque de prise de conscience des futures possibles difficultés, le déni, la procrastination ou tout simplement ne veulent pas.

Et rien n’y fait !

On a beau leur proposer des réductions, leur proposer des innovations qui sont (?) séduisantes, étudier différentes manières de communiquer, etc. Ces seniors ne veulent pas de mesures de prévention et refusent en très grande majorité ces produits.

D’ailleurs une étude réalisée récemment par MADOPA, qui a consisté à proposer aux Seniors toute une foule de produits plus ou moins conçus spécifiquement pour eux, est arrivée à la conclusion suivante : les Seniors voulaient en majorité, la tablette tactile moderne et le robot aspirateur ! Les autres technologies, les autres innovations étaient tout simplement refusées, car trop dans la prévention.

D’ailleurs le très faible, voire quasi-nul développement de certains secteurs comme celui de la téléassistance, le marché des diagnostics d’habitation, la faible croissance du secteur de l’aménagement du domicile pour les personnes âgées, devraient nous alerter depuis de très nombreuses années.

Les Seniors ne veulent pas de produit stigmatisant et ne veulent pas de produit en prévision d’une probable perte d’autonomie.

Certains développent des innovations comme des cannes déconnectées ou des cannes intelligentes, pensant que l’aspect “connecté” et moderne pouvait séduire les Seniors. À mon sens, c’est très mal connaître les attentes des Seniors. Les plus âgés, les Seniors qui seraient en âge d’utiliser ce type de produit, vont les juger trop modernes et les refuser justement en raison de leur trop grande utilisation des technologies. Et les jeunes Seniors, ne veulent pas de canne.

Bref, la très grande majorité des Seniors, refuse les produits qui sont conçus pour eux, refuse les produits et l’innovation destinés à les prévenir une éventuelle autonomie et refusent les cannes, qu’elles soient connectées ou pas. A la rigueur, ils accepteraient, peut-être, une canne totalement transparente… Quand je dis transparente, bien sûr, je veux dire invisible !

Cela n’empêche pas tous les mois de voir sortir des innovations par les jeunes entrepreneurs, à qui on a fait miroité (volontairement ?) un marché qui au final n’existe pas ou qui est très faible.

La téléassistance, à mon avis, a fait le plein des Seniors et des clients qui acceptent d’utiliser ce service. Le secteur des monte-escaliers fait le plein des Seniors qui acceptent d’installer un monte-escalier. Le secteur de l’aménagement des salles de bain, a probablement fait le plein du nombre de personnes qui acceptent d’aménager leur salle de bain dans le but d’une prévention d’une éventuelle perte d’autonomie.

Les autres ne veulent pas de cannes et ne veulent pas de produits et d’innovations qui sont liés à une prévention.

Ce n’est pas nouveau.

Les fumeurs, disent qu’ils arrêteront “peut-être un jour, mais on verra plus tard”. Les personnes qui mangent trop gras et trop salé et qui savent que c’est dangereux pour leur santé, disent également “peut-être un jour, mais on verra plus tard”. Les personnes qui ne font pas de sport et qui ont un métier sédentaire disent également “peut-être un jour, mais on verra plus tard”, etc.

Bref, les Seniors, non seulement, refusent les produits et les services qui leur sont exclusivement destinés (en grande majorité, bien sûr il y a des exceptions) mais, refusent également, en très grande majorité les produits et les services, qui à juste titre, pourraient permettre de réduire les risques d’une éventuelle chute à domicile.

D’ailleurs les études sur les aidants, ces personnes souvent de la famille qui aident, notamment, une personne âgée, le montrent également. Bien souvent, la famille et les aidants proposent des services, proposent des innovations, des produits de prévention à leurs parents, voyant les difficultés que ces derniers peuvent rencontrer.

Bref, la famille s’inquiète et les parents répondent : “peut-être un jour, mais on verra plus tard, ma fille, j’ai encore toute ma tête et je n’ai pas besoin de cela”.

Les acteurs sur la Silver économie qui proposent ce type de produits et de services, cherchent, depuis de nombreuses années, la solution qui permettrait de faire développer leurs marchés.

Certains imaginent de grandes campagnes de communication à l’échelle nationale sur les bénéfices de ces innovations et de ces produits. D’autres se lancent dans le re-design de leur produit, de façon à pouvoir séduire les plus jeunes Seniors.  D’autres encore, développent des artifices de communication, essaient de changer le nom descriptif de leurs produits, en ne parlant plus de dépendance, mais d’autonomie…

Bref une foule d’initiatives qui, pour le moment, dans la plupart des secteurs d’activité n’a pas fait bouger les lignes.

En 2017, certains ont perçu une petite lumière d’espoir et j’avoue que je me suis aussi interrogé, avec le lancement de services, à grande échelle, du groupe La Poste à destination des Seniors. Par exemple, la téléassistance du groupe La Poste, avec la puissance de feu et de communication de ce groupe, pleinement investi dans la Silver économie et avec la force de frappe du réseau de postiers.

Je me suis dit, qu’il serait intéressant de regarder l’effet de cette force de frappe sur le niveau du marché de la téléasistance. Au final, on s’aperçoit que le nombre de personnes équipées d’une téléassistance un an plus tard, n’a presque pas progressé. Il s’agit plus d’une répartition différente du gâteau entre les différents acteurs, certains gagnant des parts de marché et d’autres en perdant.

C’est une des situations, qui me fait dire que les Seniors ne veulent pas de cannes, sauf peut-être une canne transparente. Je veux dire, bien sûr, une canne invisible.

Des solutions existent

Les solutions cependant, existent pour ces différents produits et services, ou peut-être devrais-je dire pour la majorité d’entre eux. Par exemple, en élargissant, la base des utilisateurs de manière cohérente.

 

Document sans nom

NEWSLETTER - AGEECONOMIE.COM
Exemple de newsletter

 

 

Laisser votre commentaire