Selon un nouveau rapport de CIBC Capital Markets, les Boomers au Canada hériteront d’environ 750 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie soit le plus important transfert de richesses du pays, qui devrait modifier le paysage de la retraite et avoir des répercussions économiques importantes.

Le Canada compte actuellement un peu plus de 2,5 millions de personnes de plus de 75 ans, dont près de 45% sont veuves, indique le rapport. Le nombre de personnes âgées au Canada représente aujourd’hui un bond de 25% par rapport au niveau observé il y a dix ans.

«Nous estimons que la prochaine décennie recevra près de 750 milliards de dollars d’échanges, soit près de 50% de plus que le montant estimé des héritages reçus au cours de la dernière décennie», a déclaré Benjamin Tal, économiste en chef adjoint, CIBC Capital Markets.

Au cours de la prochaine décennie, il y aura encore plus de Canadiens de 75 ans et plus, qui constitueront non seulement la plus grande cohorte de ce groupe d’âge, mais aussi la plus riche, avec une valeur nette totale estimée à 900 milliards de dollars.

Il s’attend à ce que les baby-boomers approchent de l’âge de la retraite et puissent influencer le paysage de la retraite au Canada ainsi que de nombreuses facettes de l’économie, y compris la participation au marché du travail, les marchés immobiliers et transformer l’inégalité des revenus en inégalités.

Un peu plus de la moitié des Canadiens âgés de 50 à 75 ans ont reçu un héritage, dont la moitié l’ont reçu au cours de la dernière décennie, indique le rapport. L’héritage moyen s’élevait à 180 000 $, les plus importants legs étant effectués en Colombie-Britannique, sans doute en raison de la valeur élevée de l’immobilier dans la province, indique le rapport.

La répartition anormale de l’héritage moyen par province est le premier indice que le chiffre moyen cache beaucoup d’informations intéressantes, dit M. Tal.

En mettant l’accent sur la répartition selon le revenu, on constate que plus d’argent est versé aux Canadiens qui ont déjà des revenus plus élevés, l’héritage moyen des personnes gagnant plus de 100 000 $ étant presque trois fois plus élevé que celui des Canadiens à faible revenu. La même chose vaut pour la répartition par éducation; ceux qui ont fait des études supérieures ont reçu beaucoup plus en héritage.

Le rapport indique également qu’environ 40% des personnes à revenu élevé ont épargné ou investi leur héritage, tandis qu’une plus grande proportion de Canadiens à faible revenu ont utilisé l’argent pour les dépenses quotidiennes.

«En termes simples, si la richesse n’est pas répartie uniformément dans la société, alors l’héritage répétera la tendance et exacerbera les inégalités» dit M. Tal.

M. Tal note que ce transfert de richesse pourrait avoir un certain nombre d’impacts sur l’économie canadienne, selon la façon dont il est utilisé. Un ménage typique peut augmenter les dépenses actuelles et futures et économiser moins. Selon la taille de l’héritage, certaines personnes utiliseront leur héritage pour prendre leur retraite ou pour leurs loisirs et leurs déplacements, alors que d’autres peuvent encore quitter le marché du travail pour devenir indépendants ou démarrer une petite entreprise. Il dit aussi que les bénéficiaires peuvent prendre une partie de l’argent et le redonner à leurs enfants et à d’autres membres de la famille.

Peter Lee, directeur général et chef, Gestion privée de patrimoine CIBC et CIBC Wood Gundy, souligne que le transfert intergénérationnel massif de la richesse au cours des deux prochaines décennies souligne le besoin de planification fiscale et successorale et de discussions patrimoniales familiales.

«Le transfert des actifs vers les baby-boomers et des baby-boomers vers la génération X exige une feuille de route claire et saine avec des discussions familiales saines afin de protéger et de s’assurer que la richesse ne soit pas perdue» conclut dit M. Lee.

 

 

NEWSLETTER - AGEECONOMIE.COM
Exemple de newsletter
Vous aimez nos articles ? Abonnez-vous à notre newsletter

 

Laisser votre commentaire